Tumbler Ridge, Colombie-Britannique

Tenter de tirer profit d’éventuelles occasions

Située aux confluents des rivières Wolverine et Murray, au nord-est de la Colombie-Britannique, Tumbler Ridge est blottie aux pieds des Rocheuses. Paradis des amateurs de plein-air, la petite ville est entourée de spectaculaires cascades, de sentiers de randonnée et de vallées somptueuses.

2710

Population

1559

Superficie des terres, kilomètres carrés

38

Âge médian

mines et carrières, extraction pétrolière et gazière

PRINCIPALES INDUSTRIES

anglais

LANGUAGES OFFICIELLE

Prince George

VILLES AVOISINANTES

L’une des plus jeunes communautés du Canada à être créée en vertu d’un plan directeur, Tumbler Ridge est établie pendant les années 1980 pour accommoder la florissante industrie du charbon. Le succès des mines persiste jusqu’au milieu des années 2000, lorsque la mine de charbon Quintette ferme ses portes, suivie en 2003 de la mine Bullmoose. Peu après, en 2005, la mine Western Coal’s Wolverine débute ses opérations, tout comme la mine Peace River’s Coal Trend. Cependant, plus tôt cette année, la mine Western Coal’s Wolverine cesse ses activités, plus de 400 personnes perdant leur emploi. La gestion de la nature instable et cyclique des mines de charbon laisse la ville dans l’incertitude. Actuellement, les propriétaires de maisons n’arrivent pas à les vendre en raison de la précarité du marché du travail dans la région.

Il subsiste toutefois un potentiel de croissance rapide pour la ville, lorsque les mines reprendront l’embauche et que de nouvelles mines chinoises entameront la production. Il s’agit d’un essor que la ville de Tumbler Ridge devra gérer efficacement en s’assurant que les logements et les services suffisent à la demande. Si les mines vont de l’avant, la ville devra également gérer l’intégration d’immigrants chinois au sein de la communauté. Ces mines susciteront l’arrivée de plus de 1 000 personnes d’origine chinoise dans une communauté comptant quelque 2 700 résidents. La ville devra ainsi composer avec des défis manifestes en matière de langue et de culture.

On trouve au cœur de la ville une jolie bibliothèque et un centre communautaire. Par ailleurs, il existe bien peu de petites entreprises et d’agences à vocation sociale.

Celles qui y sont établies éprouvent des difficultés à recruter une main-d’œuvre possédant les qualifications requises pour occuper les postes disponibles. Les fermetures d’entreprises ont touché tous les aspects de la vie communautaire : certains programmes du collège local ne sont plus offerts et on a fermé la plupart des restaurants. Les résidents doivent donc se rendre à l’extérieur pour recevoir des services. Le collège a perdu son enseignant en éducation de base aux adultes et la communauté, son professeur d’anglais langue seconde. La formation est dorénavant offerte par le truchement de cours à distance.

Située à proximité des chutes Kinuseo, de sentiers et d’espaces naturels sauvages, Tumbler Ridge jouit d’un énorme potentiel touristique. La ville est récemment devenue la seconde région en Amérique du Nord à laquelle est accordé le statut de Géoparc mondial. Le Géoparc de Tumbler Ridge s’étend sur presque 8 000 kilomètres carrés et contient des traces de dinosaures, des sentiers de randonnée en montagne, des chutes, des canyons et des milieux humides. Les vents unidirectionnels et constants de la région se prêtent très bien à l’énergie éolienne, comme en témoignent les nombreuses éoliennes construites entre Tumbler Ridge et Dawson Creek. La ville tente actuellement de diversifier ses assises économiques, pour y inclure le tourisme et l’énergie éolienne. Les résidents sont déterminés à faire progresser leur ville, plusieurs bénévoles mettant l’épaule à la roue. L’avènement d’un centre touristique et d’une chambre de commerce laisse présager que la communauté sera en mesure de planifier son expansion.