Terre-Neuve-et-Labrador

Chacune des communautés rurales de Terre-Neuve-et-Labrador propose des attributs uniques aux résidents comme aux visiteurs. La province est un véritable paradis pour les aventuriers du plein-air, qui profiteront de ses paysages tout aussi magnifiques que diversifiés, des chaînes de montagnes, aux rives escarpées, en passant par les denses forêts boréales et la toundra arctique.

La plus jeune province du Canada, Terre-Neuve-et-Labrador possède des côtes totalisant 29 000 kilomètres le long desquelles se sont établis des milliers de pêcheurs qui fournissent des poissons et des fruits de mer de qualité mondiale, en plus d’être l’un des meilleurs endroits pour observer les baleines. Le paysage géologique de la province comporte également certaines des plus vieilles roches du monde, datant de quelque 3,9 milliards d’années. La province héberge en outre trois parcs nationaux et dix-huit réserves fauniques et écologiques.

514536

Population (2011)

44

Âge médian :

anglais

LANGUES OFFICIELLES :

370510.76

Superficie des terres, kilomètres carrés

1.4 person/km2

DENSITÉ DE POPULATION :

métiers, soins de santé et aide sociale, construction

PRINCIPALES INDUSTRIES:

Pourtant, malgré tous ces atouts, les communautés rurales de Terre-Neuve-et-Labrador sont en déclin :

  • Entre 2001 et 2011, la population urbaine de Terre-Neuve-et-Labrador s’est accrue de 12,2 % alors que les populations rurales ont diminué de 8,4 %.
  • La proportion de la population vivant en régions rurales a également diminué, passant de 56,4 % en 2001 à 51,4 % en 2011.
  • Les projections démographiques révèlent que la population rurale de Terre-Neuve-et-Labrador diminuera de 19 %, passant de 269 719 en 2011 à 217 544 en 2025, ce qui laisse présager un avenir incertain pour les communautés rurales de la province.

Pourquoi la ruralité de Terre-Neuve-et-Labrador décline-t-elle?

  • La population rurale de la province est vieillissante : les faibles taux de natalité et l’augmentation du nombre de personnes âgées ont pour effet d’accroitre l’âge moyen des Téneliens. À Terre-Neuve-et-Labrador, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans a augmenté de 26,4% entre 2001 et 2011.
  • Les jeunes travailleurs adultes quittent les régions rurales et plusieurs d’entre eux n’y reviennent jamais. La population en âge d’activité maximale (personnes âgées de 20 à 44 ans) des régions rurales de la province a diminué de 27 % entre 2001 et 2011.
  • Les régions rurales n’attirent pas l’immigration. Les données du recensement indiquent que la province n’a pas connu une grande augmentation d’immigrants. Environ 1,4 million d’immigrants sont venus au Canada entre 2001 et 2011, alors que la population immigrante de Terre-Neuve-et-Labrador ne s’est accrue que de 1 150, dont seulement 214 (18,6 %) vivent en régions rurales.

Quelles sont les répercussions pour les communautés rurales de Terre-Neuve-et-Labrador?

Il est crucial d’accorder priorité aux enjeux avec lesquels les communautés doivent composer. Le fait de rehausser et d’adapter les occasions d’éducation et de formation aux particularités du travail en région rurale est susceptible d’aider à retenir les jeunes travailleurs et à augmenter le capital humain. Cela s’avère surtout dans les industries qui font face à des pénuries de main-d’œuvre. Ces mesures renforceraient également la capacité des populations locales à soutenir leurs propres entreprises, enrichissant ainsi l’économie de chacune des communautés. Il est essentiel que les communautés rurales de la province collaborent et tirent profit de leurs ressources actuelles de sorte à créer une ruralité plus forte et prospère à Terre-Neuve-et-Labrador.

Les communautés rurales de Terre-Neuve-et-Labrador font face à des défis liés aux compétences:

  • Plus la région est ‘rurale’, plus le taux moyen d’activité diminue. En 2011, le taux de chômage dans les régions rurales et éloignées est plus élevé d’environ 17 % que le taux des centres urbains.
  • En régions rurales, le pourcentage d’individus n’ayant pas de diplôme d’études secondaires est environ deux fois plus élevé qu’il ne l’est dans les régions urbaines.
  • Les niveaux d’instruction déclinent proportionnellement à l’augmentation de la distance entre les régions rurales et les centre urbains. Par exemple, 17,5 % des personnes résidant en régions urbaines sont titulaires d’un diplôme universitaire comparativement à 1,83 % en régions rurales éloignées.

Renforcer les communautés rurales du Canada travaille à déterminer si les stratégies locales de développement des compétences pourraient favoriser la croissance économique et la résilience de ces communautés en consolidant leur capital humain et social.

Pour lire sur l’histoire des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador, svp cliquez ici.