Saskatchewan

Les communautés rurales de la Saskatchewan allient culture, histoire et traditions, autant d’aspects qui rehaussent grandement la diversité de la province. Les paysages variés font place à une gamme d’activités, que ce soit les excursions dans la luxuriante forêt boréale, ou encore la pêche, le canotage et le kayak sur les quelque 100 000 lacs et rivières de la région. Le sentier de randonnée le plus récent et le plus long, appelé Boreal Trail, se déploie sur plus de 130 kilomètres et sillonne le magnifique parc provincial de Meadow Lake.

On trouve deux régions naturelles en Saskatchewan: au nord, le Bouclier canadien et au sud, les Plaines intérieures. La province offre un style de vie paisible et dénué de stress aux résidents et aux visiteurs. Cependant, l’essor des communautés urbaines et des collectivités environnantes en fait des lieux au style de vie attrayant, provoquant un exode rural vers les milieux urbains.

1033381

Population (2011)

38,2

Âge médian :

anglais

LANGUES OFFICIELLES :

588239.21

Superficie des terres, kilomètres carrés

1,8

DENSITÉ DE POPULATION :

agriculture, foresterie, chasse et pêche, soins de santé et services sociaux, commerce de détail

PRINCIPALES INDUSTRIES:

En dépit des atouts que possèdent les communautés rurales de la province, la ruralité décline en Saskatchewan :

  • Au cours des quatre-vingt dernières années, la composition de la population rurale-urbaine de la Saskatchewan a complètement basculé : la population habitant les régions rurales est passée de 68 % en 1931, à seulement 33 % en 2011.
  • On estime que la population urbaine de la Saskatchewan augmentera de 606 300 en 2011 à 674 072 en 2025, alors que la population des milieux ruraux et des petites villes diminuera, passant de 412 030 en 2011 à 395 711 en 2025.

Pourquoi la ruralité décline-t-elle en Saskatchewan?

  • La population de la province est vieillissante : Alors que la proportion d’individus ayant moins de 20 ans a diminué de 32,2 % en 1986 à 26,1 % en 2011, la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus a augmenté de 12,7 % à 14,9 %.
  • Les immigrants s’établissent en régions urbaines : S’il est vrai que la population immigrante de la Saskatchewan a augmenté (44,4 %) entre 2001 et 2011, environ 85,9 % habite les régions urbaines.

Quelles sont les répercussions pour les milieux ruraux de la Saskatchewan?

On doit immédiatement s’attaquer aux enjeux cruciaux avec lesquels les milieux ruraux et les petites villes de la Saskatchewan doivent composer. Sinon, les écarts sur le plan des compétences prendront de l’ampleur et les entreprises n’arriveront pas à surmonter les obstacles qui nuisent à la réalisation de leur plein potentiel. Il est impératif d’élaborer des stratégies visant à retenir les jeunes et les immigrants dans les régions rurales de la Saskatchewan. Si rien n’est fait pour modifier le cours des choses, les populations des communautés rurales et des petites villes de la Saskatchewan poursuivront leur rapide déclin.

Les milieux ruraux de la Saskatchewan font face à des défis en matière de compétences :

• Le taux d’activité est plus élevé dans les régions urbaines et il diminue plus le degré de ruralité augmente.

• En 2011, le taux de chômage dans les régions rurales éloignées était plus élevé d’environ 12,6 % que celui des centres urbains. Le taux de chômage élevé des régions rurales pourrait être dû à une inadéquation entre les compétences existantes et celles qui sont en très grande demande.

• Environ le tiers des individus âgés de 15 à 64 ans habitant les régions rurales ne possèdent pas de diplôme d’études secondaires, comparativement à 20 % en régions urbaines.

Renforcer les communautés rurales du Canada travaille à déterminer si les stratégies de développement des compétences pourraient favoriser la croissance économique et la résilience de ces communautés, en consolidant leur capital humain et social.