La municipalité rurale de Saint-Louis, Saskatchewan

Une communauté qui cherche à se reconstruire

La municipalité rurale de Saint-Louis se situe près de Prince Albert, en Saskatchewan. Elle est constituée de Batoche, Saint-Laurent de Grandin, Domrémy, Hoey, St-Isidore-de-Bellevue et Saint-Louis. La population de la municipalité est en majorité francophone, bien que les nombres aient considérablement diminué au cours des dernières décennies. 

0

Population

0

Superficie des terres, kilomètres carrés

0

Âge médian

soins de santé, services sociaux, construction

PRINCIPALES INDUSTRIES

français et anglais

LANGUAGES OFFICIELLE

Saskatoon, Prince Albert

VILLES AVOISINANTES

Le village de Saint-Louis est situé sur les berges de la rivière Saskatchewan Sud. Il s’agit d’une petite communauté francophone agricole, fondée par les Métis et les Canadiens-Français venus s’établir dans la région. Saint-Louis était jadis un village en pleine effervescence, un pont traversant son territoire. Toutefois, le nouveau pont qui contourne dorénavant le village, la population vieillissante et la migration des jeunes ont contribué au déclin de sa vitalité. Pour que le village retrouve son dynamisme, il est impératif de développer le tourisme et les infrastructures.

Le district de St-Isidore-de-Bellevue, composé de plusieurs villages à forte concentration francophone, était au départ une communauté agricole produisant du blé, de l’avoine, de l’orge et des légumes. On y trouve encore quelques fermes familiales et de petites entreprises dans les domaines du transport et des technologies de l’information. Aujourd’hui, la région est aussi reconnue pour ses artistes et ses sculpteurs. Bien que St-Isidore-de-Bellevue soit une communauté autonome, à l’instar de plusieurs petites villes rurales, elle doit composer avec des défis liés au vieillissement de la population et à la migration des jeunes.

Par ailleurs, Domrémy est surtout connue pour son agriculture. Tout comme St-Isidore-de-Bellevue, Domrémy doit faire face à la migration des jeunes et au vieillissement de la population. Malgré tout, on constate un certain afflux de gens qui cherchent des logements abordables et qui trouvent des emplois dans les villes avoisinantes. Cependant, puisque ces nouveaux résidents investissent peu dans la communauté de Domrémy, elle perd lentement ses petites entreprises et tend rapidement à devenir une village dortoir.

Il reste beaucoup à faire pour reconstruire et réinventer la municipalité de Saint-Louis et ses communautés. Cependant, il existe plusieurs occasions d’y arriver. Il serait notamment avantageux de se concentrer sur les forces existantes, comme le patrimoine francophone et métis, les arts et la culture. On pourrait également rehausser le secteur du tourisme, faire la promotion des produits agricoles locaux et travailler aux infrastructures. En agissant de la sorte, la municipalité rurale de Saint-Louis pourrait prendre un nouvel essor.

 

* Veuillez noter qu’aux fins de ce projet, nous n’avons visité que les communautés francophones de Saint-Louis, Domrémy et St-Isidore-de-Bellevue. Ainsi, nous ne pouvons préciser la superficie des terres ou l’âge médian de la municipalité rurale de Saint-Louis, compte tenu du fait que nous nous attardons strictement aux communautés francophones. 

 

Pour lire sur l’histoire des francophones de Saskatchewan, svp cliquez ici.